Nos Origines en France

Depuis plusieurs années je m’occupe à fouiller dans l’histoire de mes ancêtres, les suivant à travers les époques par les actes paroissiaux et notariaux, la vie de quelques uns d’entre eux aussi familière que celle de mon père. Nous sommes privilégiés ici d’avoir un accès facile aux archives et différents écrits. En France, avec toutes les guerres et révolutions, la recherche est plus difficile, raison pourquoi nos origins Françaises demeurent embrouillées.

ll faut admettre que notre cas n’est pas unique, plusieurs familles au Canada sont dans la noirceur concernant leurs origines. Dans notre cas, il existe plusieurs sources de Comeau, de belles familles à étudier, ce qui manqué est le chaînon qui puisse nous relier à ces sources.

ll y a une quinzaine d’années j’aperçut dans un ouvrage que Pierre de Comeau, Seigneur de Choselle, membre d’une famille noble de Pouilly-en-Auxois, était l’ancêtre de tous les Comeau d’Amérique. Enfin, un pied en France, après toutes ces années d’incertitudes. Possédant maintenant plus de temps pour ces recherches, je décide de chercher plus loin, d’élargir mes connaissances sur cette famille ancestrale.

Avec l’aide d’un correspondant de Dijon, j’apprend que ce Pierre est mort en France sans avoir mit le pied en Acadie. Son corps repose encore dans le tombeau familial de l’église St-Etienne de Dijon.

Ce n’est pas Pierre, seigneur de Choselle, mais Pierre ll, son frère, qui est mon ancêtre, qu’on me dit. Pourtant La Chenaye, auteur du Dictionnaire de la Noblesse[i], et Fatras[ii] de Juigné généalogiste de la famille Comeau et autres, ne mentionnent aucun second Pierre. Je poursuis mes recherches sur ce Pierre.

D’autres généalogistes sont de l’opinion que notre Pierre est le fils de Jean de Comeau, époux de Claude de Colombey. À l’âge de seize ans, ce Pierre quitte le foyer et s’engage dans la Garde-Marine du Roi. ll est stationné à La Rochelle, quitte les rang en 1621 et apprend le métier de tonnelier pour ensuite s’embarquer sur le Saint-Jehan en direction de l’Acadie. Son père Jean meurt en 1631 et Pierre, étant fils unique, hérite de tous les biens seigneuriaux. En son absence on nomme Antoine de Comeau, son oncle, comme gardien des propriétés. L’oncle meurt à son tour, et Pierre est toujours absent, les biens retournent alors à la cour0nne.

Un enfant qui déserte sa famille et son pays, du matériel pour un bon roman, plusieurs pages à ajouter à l’histoire de la famille. Mais nos deux experts Français, Du Chenaye et de Juigné disent que Jean, époux de Claude de Colombey, a donné vie à deux filles mortes jeunes, mais à aucun fils! Le Service Historique de la Marine à Rocheport, près de La Rochelle, me dit qu’ils n’ont aucun records de soldats avant 1672.

Sur Ie rolle de passagers du Saint-Jehan, la seule llste de passagers pour l’Acadie à ma connaissance, le nom de Comeau n’y apparait pas.

Existerait-il d’autres sources qui pourraient nous éclairer sur ces événements? Je l’espère, cette famille nous donne l’occasion de remonter notre généalogie de quelques siècles et la plupart des découvertes nous ramènent toujours à Pouilly-en-Auxois, ou aux environs. Peut-être sommes nous des descendants d’un fils ou frère de Guy, premier Comeau ayant laissé des traces dans les archives locales et dont nous ne savons que peu. Recherches à faire de ce coté.

Vu dans un ouvrage de France, La Chancellerie près le Parlement de Bourgogne[iii], en page 73, on dit de la famille de Claude, époux de Jeanne Péchard, qu’elle existe encore en Amérique. Sur quoi est fondée cette prise de position? Dans la généalogie de cette branche de Comeau, le fils ainé, Jean, est né en 1612, aucun Pierre ne le précède ou le suit.

Et bien, nous voilà avec quatre possibilités de Pierre. Le premier est bien paisible dans son tombeau, pour les autres Ia recherche continue. Une chose est certaine, un seul Pierre s’est établit à Port-Royal, lequel ? Un de ces trois ou un autre pas encore retrouvé ?

Quel beau passe-temps où la recherche d’une réponse nous apporte toujours d’autres questions.

Jacques A. Comeau, 1996

Tel que publié dans : l’Informateur, Bulletin d’Information de l’Association des Comeau d’Amerique., Vol.1 No.2, decembre 1996

[i] Aubert de La Chesnaye-Desbois, François-Alexandre, and Badier. 1980. Dictionnaire de la noblesse. Nancy: Berger-Levrault.

[ii] Fatras généalogiques recueillis par M. de Juigné, et disposés dans l’ordre alphabétique des noms de famille. http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/index_view_direct_anonymous.jsp?record=eadcgm:EADC:D11013784

[iii] Bourée, André. 1927. La Chancellerie près le Parlement de Bourgogne de 1476 à 1790 avec les noms, généalogies et armoiries de ses officiers, suivi d’un supplément sur les secrétaires du roi prés le Parlement de Bourgogne. Dijon: A. Bellais. http://books.google.com/books?id=cieJAAAAMAAJ.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s