Fausse Piste

Après toutes ces années de recherches sur les origines de notre ancêtre Pierre Comeau, et cela sans résultats valables, on a toujours l’œil ouvert à toute nouvelle apparition. J’ai eu une telle apparition lors d’une visite aux archives. Furetant dans une bobine prise par erreur, je vois une liste d’abjuration faites à Québec au 17e siècle, pour la plupart des Huguenots sous l’obligation d’accepter la foi Catholique. Abjurez ou partez!

Sous la date du 2 mars 1672 je vois soudain le nom de mon ancêtre, Pierre Comeau. Il dit venir de Thouars, évêché de Poitiers, pourtant Pierre était âgé de 70 ans à cette date et vivait à Port Royal avec sa famille. La possibilité que ce soit lui est minime, pourtant il doit y avoir quelque chose, un parent, un cousin, qui sait. Je décide d’aller au fond de cette histoire. Un archiviste me conseille de faire une requête chez les Huguenots à Paris, après tout, s’il abjure, il doit être protestant. Une autre avenue serait de demander le film des actes paroissiaux de Thouars chez les Mormons.

On me dit sceptique, c’est vrai et cette fois ma curiosité m’a bien servie. Dans cet acte d’abjuration on voit le nom de Pierre Comeau bien écrit, et ça par trois fois, cependant dans la marge on a écrit “Bonneau”, cela m’agace beaucoup. Je cherche dans une liste de recensement et trouve un Pierre Bonneau, âgé de 34 ans et vivant à Verdun en 1681. Donc la possibilité d’une erreur existe. Regardons plus loin, un autre ouvrage annonce que Pierre Bonneau, 38 ans, a été tué lors du massacre de Lachine, et on nous dit qu’il était originaire de Thouars, province de Poitou.

Une requête auprès d’autres chercheurs me confirme tout ça. Un Pierre Bonneau de Thouars, un Calviniste, abjure sa religion à Québec en 1672. Possédant une terre à Verdun, il s’installe à Baie d’Urfé, un des premiers colons de cet endroit, et perd la vie lors du massacre de Lachine. C’était bel et bien un Bonneau et non un Comeau. Dommage!

Une visite sur Minitel me dit qu’aujourd’hui à Thouars il y a 10 Bonneau et aucun Comeau. Un examen du département de Deux-Sèvres au complet me donne plus de 20 Bonneau et aucun Comeau. Après plus de trois cents ans, ce système n’est pas parfait, mais ça nous donne quand même un aperçu.

Je retourne aux Archives et jettes un autre coup d’œil sur ce document et j’ai trouvé l’erreur. On s’est servi d’un gros “b” minuscule qui donne l’apparence d’un C dans le texte mais d’un B majuscule dans la marge. J’ai vu un autre chercheur faire la même erreur.

Un autre cas semblable qui est plus récurant sont les CORNEAU. Combien de temps perdu à retracer des documents et actes de notaire pour se retrouver avec des CORNEAU. L’erreur en est une de lecture, la seule différence est entre le “m” pour COMEAU et la distance entre le “r” et le “n” pour CORNEAU. (i.e. rn)

bonneau
par Jacques A. Comeau, avril 1997

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s